Le sud Vietnam

photo 1Le Vietnam se mérite et pour l’atteindre nous devons faire plus de 12 heures de bus depuis Siem Reap afin de rejoindre Hô Chi Minh-ville (que nous nommerons Saigon par la suite parce que c’est plus rapide à taper et que de toute façon les Vietnamiens le font aussi !). C’est confiants mais fatigués que nous attendons le départ de notre bus de nuit à 23h30 de Siem Reap. Les choses se compliquent rapidement avec deux enfants malades de ces maladies qui sont peu compatibles avec un long trajet en bus sans toilettes….

DSC_5160Tant pis, pas le choix, on embarque dans notre bus-hôtel où sont installés des lits doubles ou simples superposés dans un total look magicobus pour ceux à qui la référence parle ! La première partie de la nuit se passe plutôt bien à l’étage enfant (en dessous) qui ne sont pas réveillés à chaque arrêt par la lumière genre spot de stade ni humidifiés par la climatisation qui coule goutte à goutte. Vers 5h30 du matin, nous sommes débarqués à Phnom Penh manu militari (nous pensions avoir réservé un bus direct pour Saigon…). Les maladies des enfants se réveillent avec eux et nous nous retrouvons en pleine rue devant un bureau de vente de billets de bus. Là, on nous indique que le prochain bus pour Saigon partira à 15h !!!! Les autres étant déjà pleins. L’idée est donc de passer les 10 prochaines heures assis sur le trottoir à attendre. Là, on sort les griffes et, fatigue aidant, on râle.

  1. On commence par nous dire que nos billets n’ont été payés que jusqu’à Phnom Penn… On râle…
  2. Nos billets ont bien été payés jusqu’au Vietnam mais que jusqu’à la frontière où le bus nous déposera et de là, on devra se débrouiller pour rejoindre Saigon… On râle
  3. Nos billets vont bien jusqu’à Saigon mais on aurait dû réserver les deux trajets séparément et donc il n’y a plus de places pour nous…. On râle et on sort l’arme fatale : trois enfants à l’air misérable et pratiquement en pleurs.
  4. On nous trouve des places pour le prochain bus en partance pour Saigon à 6h30 ! Youpie !

Bon, ce n’est qu’une demi victoire, car il n’y a que 2 places pour 5. Nous passerons donc les 6 prochaines heures dans la configuration suivante : Sur la première place, Marie-Samuel-le gros sac à dos. Sur la deuxième place, Alix et Romane. Et François, me direz-vous ? et ben il se retrouvera parterre dans le couloir juste en dessus du moteur… Ca chauffe !
A mi-parcours il nous reste encore un passage de frontière dans une salle surchauffée sans climatisation d’environ 1 heure (nos passeports étant restés en bas de la file et ayant changé de douanier plusieurs fois sans raison compréhensible… leur couleur peut-être ?) et nous voilà un pied au Vietnam à la gare routière de Saigon. Nous avions prévu initialement de ne pas rester en ville et de partir directement pour le delta du Mékong mais le trajet ayant eu raison de nos forces, nous nous faisons déposer dans le quartier routard et y trouvons un chouette petit hôtel pour y passer la fin de journée et la nuit.

DSC_5182Le lendemain, nous partons donc pour le delta. Un premier trajet de bus nous mène dans la ville de Vinh long. De là, nous embarquons dans une petite barque pour l’île d’An Binh où nous avons réservé une jolie pension (homestay). En chemin, nous faisons la rencontre d’un charmant jeune couple en lune de miel qui partagera la même pension que nous. On sympathise rapidement : Joséphine et Elliott descendent du Nord et partent pour le Cambodge quand nous faisons le chemin inverse. On échange quelques bonnes adresses et conseils. Le programme du reste de la journée consistera en une chouette balade à vélo sur les petits (voir très petits quand il s’agit de croiser un scooter) chemins de cette charmante île. On boit un coca dans un « café » improbable chez une Grand-Mère vietnamienne qui nous parle en continue et embrasse nos enfants toutes les 5 minutes. Retour au bercail pour un repas gargantuesque en compagnie des nouveaux arrivants, tous francophones. Chacun y va de son expérience de voyage ! Bon, on vous l’avoue, on avait un peu l’impression d’être centenaires en compagnie de tous ces « ptits jeunes ».

DSC_5275Le lendemain, on part en bateau pour une visite du delta presque privée puisqu’en plus de Joséphine et d’Elliott, nous sommes accompagnés d’un couple de retraité (ou presque pour madame), eux aussi francophones. Du coup, on se sent rajeunir et ce n’est pas pour nous déplaire. Alix ne lâchera pas ses grands-parents de substitution de toute la visite. Ils sont d’une patience exemplaire ! On visite le marché flottant de Cai Bè, un peu sur la fin car le manque d’eau (1,5m de marée tout de même) sur notre itinéraire aura failli nous échouer plusieurs fois. DSC_5428Après avoir fait le plein de fruits exotiques, nous partons visiter une petite « fabrique » de miel où on boit du thé au pollen, un jardin de bonzaï où on déguste encore des fruits délicieux et une fabrique de pop rice réalisés dans du sable chaud. Un dernier petit tour en barque avec des rameuses et des chapeaux coniques dans un bras du Mékong avant de rentrer à la pension profiter d’un après-midi sieste dans les hamacs. Dernier challenge de la journée, la pêche dans la rivière qui borde la propriété. Elliott (membre fondateur d’un important club de pêche de sa région 😉 ) entraîne Alix dans l’aventure et à peine le temps de dire ouf qu’ils sortent un joli poisson chat qui finira dans le garde-manger de nos hôtes. Challenge relevé !

photo 4A nouveau, nous profitons d’un immense repas délicieux en bonne compagnie. Une bonne nuit de sommeil plus tard et voilà déjà le temps de commencer notre remontée vers le nord. Nous quittons nos amoureux en leur souhaitant une bonne suite au Cambodge (on les croisera peut-être à Genève cet été ?) et partons à 7 (ben oui, faut compter les deux conductrices) sur deux scooters pour un transfert épique jusqu’au bac, heureusement tout prêt. Un bus nous ramène à Saigon pour une nuit avant de prendre l’avion pour Dalat, une ville dans les montagnes appelée la vie de l’éternel printemps en raison de sa température stable autour de 25 degrés.

DSC_5455Nous passerons deux nuits à Dalat. La relative fraîcheur de cette ville (on a même sorti les pulls en soirée) nous fait le plus grand bien après les chaleurs torrides du Cambodge et celles étouffantes de Saigon. Le premier jour est un jour de visite. On loue les services d’un chauffeur qui nous emmène dans différents lieux touristiques de la région : On commence par passer dans le quartier français aux maisons de styles coloniales datant de l’ère française. Entourées de forêts de pins, on se croirait presque rentrés en Europe. Ensuite, nous partons pour la pagode de Linh Phuoc, une pagode au style délirant faite de mosaïques de verre et de poteries. Le tout incroyablement coloré et chargé. On peut monter dans une tour pour une belle vue et sonner le gong pour une bonne fortune. Notre guide nous entraîne dans une salle en sous-sol pour voir des meubles faits en racines d’arbres. De là, un escalier descendant dans les entrailles de la terre et réservé uniquement aux Vietnamiens (mais si mais si on peut faire illusion) amenait à une sorte de train fantôme pédestre dépeignant avec force statues et marionnettes en papier mâché les horreurs de l’enfer. Décapitation, éventration, ébouillantage, tortures en tous genres, rien n’est épargné. Le tout dans un dédale de chemins et en lumière rouge uniquement. C’est vraiment étrange. Avertis par quelques affiches, nous avons laissés nos trois têtes blondes attendre sagement au premier sous-sol afin de ne pas gâcher les prochaines nuits.

DSC_5504Le deuxième arrêt est pour l’ancienne gare de Dalat, elle aussi de style coloniale avec de gros fauteuils en cuirs et une vieille locomotive d’époque.Ensuite nous visitons le monastère de Truc Lam avec une pagode moins tape à l’œil et des jardins magnifiques. Un petit coucou au lac Tuyen Lâm avant de se faire emmener par notre chauffeur dans un restaurant purement vietnamien. Son aide est donc plus que bienvenue au moment de choisir des plats dans le menu. On se régale d’un plat du jour local avec entre autres une soupe à la coloquinte, légume dont on ignorait l’existence ! Après-midi école et babyfoot avant de repartir à pied en ville pour une promenade avec un but secret inavoué, trouver LA pâtisserie de Dalat. On la cherche un peu mais quand on y arrive enfin, on a l’impression d’être comme un enfant devant les catalogues de King jouet à l’époque de Noël. Tout à l’air délicieux : cheese cake passion, gâteaux au chocolat, cake à la banane et chou à la crème, tout y passe. MIAM ! Un café glacé pour faire descendre le tout et suite de balade digestive pour rentrer à l’hôtel.

DSC_5545Le deuxième jour commence par une matinée tranquille et l’organisation de la suite de notre voyage. Vers midi, nous prenons le bus pour Nha Trang. Le trajet devant durer 3h30, nous décidons de prendre le train de nuit de Nha Trang pour Da Nang à 20h. L’expérience nous ayant appris à prendre un peu de marge avec les horaires. Bien nous en a pris, le trajet est magnifique mais la route relativement bosselée et à flanc de falaise. De plus, le chauffeur n’a pas l’air spécialement pressé et fait de multiples arrêts pour faire ses courses (achats d’artichauts dans un champ), pour fumer, pour manger (bon là, du coup on en profite aussi), pour laver le bus et finalement pour faire le plein. Ce n’est donc que vers 17h00 que nous atteignons Nha Trang. trainOn se fait déposer pas loin de la gare. On vérifie que nos billets internet sont en ordre et on sirote un thé vert en mangeant du pain à la vache qui rit en attendant l’heure du train.
Nous avons réservé 5 couchettes dans une cabine à 6. Le pauvre Vietnamien partageant notre compartiment a dû avoir un peu peur en nous voyant débarquer avec nos grosses valises dans la microcabine. Notre longue expérience avec TETRIS nous permet de caser le tout (personnes et valises) dans les 2 m cube de la cabine et tout le monde se couche pour cette première nuit en train. En route pour Da Nang d’où nous rejoindrons Hoi An pour la suite de notre périple au Vietnam.

Share

2 commentaires

  1. Coucou la jolie famille !

    Même si j’ai pas beaucoup donné de nouvelles, je lis avec attention vos aventures. Quel magnifique Blog!

    Je vous envie, tous ces pays et ce tour du monde quelle chance et quelle belle expérience de vie !
    J’ai pensé aux enfants cette semaine car j’ai fais un remplacement dans une l’école de Plan les Ouates (Champ-Joly, Division moyenne et élémentaire) !

    Je me réjouis de vous revoir pour écouter toutes ces belles aventures.

    Gros gros bisous à toute la famille

    Cousin et Grand Cousin (pour une fois que je peux dire le mot grand car dans la famille c’est pas gagné mais je suis en train de dépasser Nicolas je gagne encore quelques millimètres)

    Stéphane

  2. Cela fait plaisir de vous voir apprecier la suite de votre périple surtout le Vietnam (pays que nous aimons tant !!). Bonne continuation et profitez en bien ! Les Happy Six

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *